Vous avez certainement en tête une idée de business : une offre répondant à un besoin de clients potentiels.

Il vous faut vérifier toutes ces hypothèses avant de vous lancer de le grand bain, c’est là qu’entre en jeu l’étude de marché.

L’étude de marché est l’élément incontournable de votre phase de création d’entreprise.

C’est grâce à l’étude de marché que vous saurez si votre entreprise a un potentiel de développement où non.

Encore faut il savoir comment s’y prendre …

 

Nous allons voir comment réaliser un questionnaire d’étude de marché performant :

 

Le questionnaire, “enquête” ou “sondage”, est une des méthodes d’étude de marché les plus utilisées.

Le questionnaire est distribué au plus près de la cible, c’est-à-dire des clients potentiels, vous devez donc déjà avoir déjà une idée de qui ils sont.

Il permet de recueillir des informations générales sur le comportement et les attentes de la cible, il peut permettre aussi de valider certaines hypothèses sur un positionnement.

 

 

Et en pratique cela donne quoi ?

Afin de ne pas décourager les personnes motivée à vous répondre, le questionnaire ne doit pas être trop long.
On peut donc partir sur un questionnaire de 12 à 20 questions, ou 10 minutes montre en main. Après cela, vous risquez de perdre l’intérêt de la personne interrogée.

Vous avez par ailleurs surement déjà été interpellé dans la rue pour répondre à une enquête, et la personne effectuant cette enquête ne précise elle pas à chaque fois que cela ne va durer que “5 minutes”.

Le questionnaire doit être en entonnoir, je m’explique,  les questions doivent migrer du général vers le précis.

Durant le questionnaire vous pouvez faire des pause afin d’expliquer un concept ou de préciser une idée sur la démarche ou d’une présentation du projet, du produit ou du service. Il peut être accompagné de photos ou d’illustrations.

Il est utile d’alterner questions ouvertes et questions fermées en fonction de l’objectif visé :

  • Les questions ouvertes ont pour but d’amener une réponse libre et servent à comprendre, à faciliter le dialogue et l’expression. Par exemple : Qu’est-ce que vous aimez trouver dans un café/bar?
  • Les questions fermées servent à valider ou invalider une proposition. Par exemple : Aimez-vous le cidre ? OUI/NON.

Enfin, afin de ne pas paraître trop intrusif dès le début.

Il est conseillé d’attendre la fin du questionnaire pour recueillir les données personnelles : nom, âge, téléphone, adresse, e-mail …

 

Quelle est le but du questionnaire ?

Les questions doivent être précises afin de collecter des informations pertinentes sur la cible :

  1. Où se situent vos clients potentiels ?
    • Où habitent-ils ?
    • Où se rendent-ils pour consommer ?
    • Sont ils mobiles pour consommer votre offre/produit ?
  2. Quelles sont les motivations, mobiles, freins et critères d’achat ?
  • Le client recherche-t-il la sécurité ? le standing ? la nouveauté ? le confort ? l’affectif ? le bon prix ?
  • Le client s’attache-t-il à la marque ? au rapport qualité-prix ? à l’esthétique ? à la simplicité ? au conseil ? à la rapidité ? au côté pratique ? au service après-vente ?
  • Le client rencontre-t-il actuellement des obstacles par rapport à ses attentes ? Qu’espère-t-il ?

     3.Comment les clients achètent-ils ?

  • Quelles sont les habitudes et les lieux d’achat ?
  • Quelle est la fréquence d’achat ?
  • A quel moment de l’année, de la semaine ou de la journée l’achat se fait-il ?

   

    4. Quel est le prix psychologique du produit ou du service ? (le prix psychologique est le prix maximum que le client est prêt à débourser )

    5. Le client potentiel serait-il prêt à acheter le futur produit ou service ? Oui, non, pourquoi ?

 

Mettre en pratique son questionnaire

Il est conseillé de tester votre questionnaire afin d’éviter de mauvais résultat.

Mais qu’est ce qu’un mauvais résultat ?
Vous en avez déjà sans doute fait l’expérience, mais lorsqu’un questionnaire est mal fait, rébarbatif.
Si vous avez l’impression de ne rien apprendre, de perdre votre temps, de ne pas faire parti du projet … vos réponses seront bâclées, non réfléchies comme elles auraient pu l’être.

C’est pourquoi, avant la diffusion de votre questionnaire au grand public, testez le avec vos proches.

Apportez des modifications suite aux remarques générées.

Mais au fait, combien de personnes faut il interroger?

Le but de votre questionnaire d’étude de marché est d’interroger un échantillon très représentatif de votre cible.
Il n’y a aucun intérêt à interroger un trop grand nombre de personnes. Privilégier donc un nombre restreint ( tout est relatif) de personnes à interroger, mais établissez un vrai dialogue afin d’en retirer des informations pertinentes.

Pour connaître le fond de la pensée des personnes sondées, il peut être recommandé de ne pas enchaîner trop vite les questions, mais au contraire de faire des pauses :

  • Des temps de silence peuvent permettre à la personne interrogée de réfléchir et de livrer des informations qu’elle n’avait pas prévu de livrer.
  • La reformulation des réponses permet aussi d’aller plus loin dans les besoins et attentes des personnes interrogées.

 

Insérer si possible une « question de contrôle » permettant de vérifier le sérieux ou la cohérence des réponses du sondé, en l’interrogeant sur un sujet déjà abordé plus tôt dans le questionnaire.

 

Type d’interrogation Avantages Inconvénients
La question fermée à choix unique Exemple : – Quel est votre marque de véhicule? – Possédez-vous une tablette? – Rapidité d’administration. – Simplicité de traitement. – Ne se prête pas à l’étude du comportement des sondés.
La question fermée à choix multiples Exemple : Comment avez vous connu le le restaurant? – par un moteur de recherche – par un ami – par une publicité – Simplicité de traitement et de dépouillement. – Influence les personnes interrogées par des réponses proposées. – Difficile pour le sondé de mémoriser une longue liste d’éléments. – Les propositions citées en début ou en fin de liste sont souvent choisies par dépit, ou bien la question n’obtient pas de réponse.
La question ouverte Elle laisse la libre parole à l’interviewé. Exemple : Que pensez vous de la nouvelle ligne de métro? – Spontanéité des réponses recueillies. – Richesse des contenus. – Dépouillement et analyse des résultats difficiles. – Risque d’un grand nombre de non réponses.
Les échelles : elles mesurent, à l’aide d’un rapport de grandeur, l’avis ou l’attente du sondé sur certains points précis de la satisfaction d’un service ou produit. Exemple : Dans quelle mesure êtes vous satisfait des services de votre garagiste ? |10 | 9 | 8 | 7 | 6 | 5 | 4 | 3 | 2 | 1 – Très satisfait (8 à 10) – Plutôt satisfait (4 à 7) – Plutôt insatisfait (1 à 3) – Nuance quantitativement les réponses aux questions qualitatives. – Quelquefois difficile à mettre en place. – Risque de retrouver des mesures trop moyennes pour prendre des décisions.

 

L’outil en ligne gratuit Google Forms permet de concevoir un questionnaire d’étude de marché selon un format idéal :

  • Il est possible de rédiger des questions et d’y affecter un type de réponse : réponse libre, liste de choix (à puces ou déroulante), grille de préférence, tableau de notation,
  • Le caractère obligatoire ou non des questions peut être défini,
  • Google fournit un lien web vous permettant de diffuser le questionnaire par e-mail ou sur les réseaux sociaux.
  • Google permet une analyse des résultats sous forme de tableau et de graphique.

Quelques conseils pour réussir son questionnaire sur Google Forms :

  • N’hésitez pas à entrecouper les questions de textes explicatifs ou de photos pour projeter l’utilisateur dans l’univers du futur produit ou service. Le but est de mettre en confiance et d’intéresser les participants.
  • Valorisez la démarche des participants ; engagez-vous à les tenir informés de la suite du projet.
  • Ne faites pas un questionnaire trop long pour éviter les découragements.

 

Comment diffuser son questionnaire ?

 

Plusieurs choix sont possibles en fonction de votre temps, de la qualité de réponses que vous souhaitez obtenir mais aussi de votre budget.

Le face à face

Réalisé dans la rue, au domicile des sondés, etc., il permet de toucher directement le coeur de la population ciblée. Il présente également l’avantage de recueillir les réactions et commentaires des interviewés. Cette méthode exige néanmoins beaucoup de temps, il ne faut pas être timide!!
Il faut de plus bien vérifier que les personnes interrogées correspondent véritablement à la cible recherchée.

Les enquêtes par téléphone

Cette méthode d’administration est rapide, économique, mais rébarbative . Prévoyez du temps, organisez vous. Plusieurs appels au même numéro seront nécessaires pour contacter vos interlocuteurs. Tenez votre listing à jour, afin de ne pas vous emmêler les pinceaux.

 

Les enquêtes par courrier ou e-mailing

Rapide, économiques et faciles à mettre en place, elles sont néanmoins moins efficaces car le taux de retour dépasse rarement les 5 %.

Il faut donc une accroche d’e mail pertinente, afin d’accrocher votre lecteur.

Il sera plus facile de mener ce type de campagne avec des clients et ou prospects vous connaissent déjà et faisant partie de votre liste email.

 

Le dépouillement des résultats

C’est la phase finale et la plus difficile à réaliser. Il est indispensable de collecter les résultats sous forme informatique en réalisant un tableur ou en utilisant un logiciel adapté.

Afin d’éviter de saisir deux fois le même questionnaire, il est important de travailler dans le calme. Une fois le questionnaire saisi, classer le. La saisie terminée, les résultats peuvent alors s’exprimer en chiffres. Pour faciliter l’analyse, les résultats sont souvent traités sous la forme de tris à plat, tris croisés et de moyennes.

 

A vous de jouer maintenant 😉 !

 

Leave a Reply